Pitié !

AVEC: Maria Laura Claycomb : soprano Melissa Givens : soprano Maria magdalena Cristina Zavalloni : mezzo Monica Brett-Crowther : mezzo Jesus Serge kakudji : contre tenor The Angel Magic Malik : chant, flûte Aka Moon Fabrizio Cassol: saxophone alto Stéphane Galland : batterie Michel Hatzigeorgiou : basse + Airelle besson, Sanne Van Hek : trompette Alexandre Cavalière, Tcha Limberger : violon Philippe Thuriot : accordéon Lode Vercampt : violoncelle

Fabrizio Cassol + Aka Moon

Pitié ! – Inspiré par la passion selon Saint Mathieu de J.S Bach

Label : Cypres Open

Genre : Jazz, contemporain, classique

Référence : CYP0604

Distributeur : Abeille Musique

Sortie Benelux : 10 dec – Album disponible chez Cypres

Après le succès de VSPRS et Monteverdi, Alain Platel et Fabrizio Cassol unissent à nouveau leurs talents sur pitié! Cette nouvelle oeuvre est inspirée de la Passion selon saint Mathieu de J.S. Bach, transposée dans une écriture musicale tissée d’influences multiples. Le résultat est bouleversant d’émotions, frôlant l’opéra. Le spectacle est déjà programmé près de cent fois dans une quarataine de villes de par le monde.

La réorchestration de Fabrizio Cassol mêle des influences jazz, manouches, maliennes ou blues, soutenues par le trio Aka Moon, et réussit à créer un nouveau récit au départ d’un monument de la musique.

Cette version de la Passion s’attache à expimer la douleur d’une mère, rôle inexistant dans l’oeuvre originale, face au sacrifice de son fils.

De ce choix découle une distribution à trois chanteurs : une soprano pour la mère et deux voix très proches l’une de l’autre pour les enfants (une alto/mezzo et un contre-ténor, le jeune Congolais Serge Kakudji, au timbre limpide). Le rôle du Christ est ici dédoublé, suivant une vision ésothérique selon laquelle le Christ serait à la fois une âme masculine et une âme féminine.

Le résultat est une expérience émouvante où la notion de compassion, poussée au paroxysme qu’est le sacrifice de soi, est néanmoins dépeinte dans une couleur positive. L’expression ultime de cette musique, de cette Passion, est finalement l’amour, appelé et partagé, et qui irradie chaque scène.